Les plantes sauvages : règles et usages de la cueillette

Il est vraiment tentant lors d’une promenade de cueillir des fleurs pour en faire un beau bouquet, de ramasser des herbes aromatiques, etc. Pourtant, il existe des règles de cueillette des plantes sauvages et certaines espèces sont protégées. Passage en revue des règles et usages.

Les règles de la cueillette : responsable et raisonnée

S’il ne faut en retenir qu’une, c’est celle-ci : cueillir avec modération, en respectant la propriété et la réglementation. À cela, s’ajoute d’autres règles dont :

Les propriétaires des terrains : la première chose à faire avant la cueillette est de demander l’autorisation au propriétaire du terrain sur lequel vous souhaitez récolter des plantes.

Les espèces protégées : comme leur nom l’indique, ces plantes sauvages sont protégées pour diverses raisons – intérêt scientifique, changement des conditions climatiques, cueillettes excessives, etc. Leur cueillette est soumise à restrictions, au plan national, régional, parfois même départemental.

Pour plus d’infos, visitez le site geoportail.gouv.fr. Vous y trouverez les cartes des zones protégées, les limites de territoire comme le cadastre – afin de pouvoir contacter le propriétaire encore des cartes forestières.

Régime juridique et protection des espèces spéciales

Au niveau national, on distingue 2 régimes de protection pour les végétaux – et les champignons : le régime de protection stricte et le régime d’autorisation ; en cas de non respect, la cueillette peut être assimilée à du vol. Pour résumer :

  • la protection stricte est la liste rouge des plantes : elles sont soit strictement protégées, soit certaines activités (coupe, cueillette, vente, achat, destruction, arrachage etc.) sont soumises à autorisation ;
  • le régime d’autorisation signifie que vous pouvez les ramasser, mais que ce n’est pas un droit pour autant ; il faut vous tourner vers le propriétaire du sol car tous « les produits du sol n’appartiennent qu’à lui ».

Donc, avant de procéder à la cueillette, veillez à bien connaître les différents arrêtés préfectoraux concernant l’endroit où vous souhaitez cueillir des plantes sauvages, et à défaut, demander les autorisations nécessaires.

Que faire avec les plantes sauvages ?

Comme pour n’importe quel végétal, on peut tout utiliser dans une plante : les racines, les fleurs, les feuilles ou bien la plante entière. Parmi les usages les plus communs, on trouve la cuisine et bien sûr, l’usage médical.

La cueillette d’une plante se fait à différents moments de la saison, suivant la partie récoltée. Par exemple, on prélève les racines des bisannuelles à l’automne de la première année, tandis que pour les vivaces, ce sera à partir de la 3e année, toujours en automne. Dans les deux cas, la récolte se fait avant l’apparition des parties aériennes. La cueillette des fleurs commence lorsqu’elles sont à peine ouvertes, voir en boutons pour certaines Astéracées. Enfin, du côté des feuilles, on distingue deux récoltes suivant l’usage ; pour l’usage médical, on ramasse les feuilles lorsque les fleurs commencent à fleurir, tandis que pour un usage en cuisine, on se concentre sur les jeunes feuilles tendres.

2 janvier 2020

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire..