foret cueillette plantes sauvages

Initiation à la cueillette des plantes sauvages comestibles

Pour quoi se limiter aux ressources de son jardin, lorsque la Nature nous offre de petites merveilles de plantes sauvages, à utiliser en cuisine, en phytothérapie ou au jardin justement ! Petit guide de survie pour la cueillette des plantes sauvages comestibles.

La cueillette des plantes sauvages

Il existe de nombreuses plantes sauvages que l’on peut utiliser. Certaines pour leur qualité gustative en assaisonnement ou en infusion, d’autres pour leurs vertus médicinales, et pour finir, certaines plantes sauvages sont des cousins des légumes de votre potager.

En guise d’initiation, voici quelques plantes sauvages comestibles que vous trouverez dans la Nature :

  1. Au printemps : l’ail des ours (Allium ursinum) – l’oseille sauvage (Rumex spp) – la petite pimprenelle (Sanguisorba minor) – l’asperge sauvage (Asparagus acutifolius)
  2. En été : le pourpier (Portulaca oleracea) – le fenouil sauvage (Foeniculum vulgare) – les câpres (Capparis spinosa)
  3. À l’automne : l’ortie (Urtica dioca) – le pissenlit (Taraxacul officinale) – le plantain (Plantago major et Plantago lanceolata)
  4. En hiver : les prunelles (Prunus spinosa) – les sorbes (Sorbus aucuparia) – la bardane (Arctium lappa) – la bourse à pasteur (Capsella bursa-pastoris)
ortie-en-fleur
L'ortie (Urtica dioca)
« 2 de 5 »

Les précautions à prendre pour la cueillette

Comme pour la cueillette des champignons, il faut être prudent et connaître un minimum son sujet avant de battre la campagne. Munissez-vous d’un livre de botanique, faites un stage d’initiation avec des professionnels (par exemple, avec Les Jardins de sortilèges): il vous faut apprendre à reconnaître les différentes plantes, les parties à utiliser et leurs caractéristiques pour apprécier votre cueillette des plantes sauvages.

Astuce : réalisez un herbier de vos récoltes réussies pour rassembler toutes vos connaissances !

Les principes de précaution de la cueillette sauvage :

  • Bien choisir le lieu de cueillette : évitez les alentours des grands champs en monoculture qui sont allègrement arrosés de pesticides
  • Ne pas ramasser ou cuisiner des plantes que vous ne connaissez pas
  • Ne jamais ramasser d’espèces protégées
  • Si la tige de la plante ne se casse pas facilement, cela signifie qu’il ne faut pas la manger
  • Ne pas ramasser de plante isolée, même si vous la connaissez
  • Cueillir le matin, lors de la montée de sève pour bénéficier de tous les arômes et propriétés des plantes
12 juillet 2016

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire..