Comment créer un bassin naturel au jardin ?

Le bassin naturel doit être le plus proche de ce que la Nature est capable de produire. On sait qu’elle fait des merveilles, mais ce n’est pas toujours évident d’en faire de même ! Pour profiter d’un bassin naturel dans le jardin, tâchez de respecter au mieux ces 3 principes :

Le bassin naturel de jardin en 3 principes

  1. Un bassin naturel n’est pas équipé d’une pompe
  2. Un bassin naturel n’est pas équipé d’une bâche d’étanchéité
  3. Un bassin naturel ne contient aucune substance chimique

Dans le bassin naturel, la filtration biologique a besoin d’une période de maturation avant d’atteindre son véritable potentiel. Mettre en place un système de lagunage permet aussi d’améliorer l’efficacité de la filtration mais requiert l’installation d’une pompe pour envoyer les eaux usées vers le lagunage.

La filtration biologique de l’eau

Qui dit « pas de filtration mécanique » – autrement dit, pas de pompe – dit « filtration biologique ». C’est la partie la plus délicate de la création d’un bassin naturel dans le jardin. Il s’agit de trouver cet équilibre incroyablement délicat sans utiliser des moyens mécaniques… Le bassin abrite dans l’idéal un écosystème autonome qui ne nécessite aucune action mécanique.

La filtration biologique se base sur les plantes aquatiques que vous installez dans le bassin ainsi que divers supports bactériens : des billes d’argile, des pierres de lave, des mousses, etc. Les plantes vont transformer les nitrates, les phosphates et certains métaux lourds en substances assimilables.

Cependant, il arrive que cet équilibre soit menacé et, dans ce cas, coupler la filtration biologique et la filtration mécanique – c’est une pompe – permet souvent de résoudre le problème.

Lagunage : principe et usage

Le lagunage permet de filtrer l’eau du bassin naturel en transformant les déchets organiques en éléments minéraux assimilables par les plantes. Pour que la filtration biologique soit efficace, il est nécessaire de réunir plusieurs facteurs dans la zone de lagunage :

  • Des plantes aquatiques : flottantes, submergées, à feuillage flottant, palustres et des plantes des berges et des marais
  • Des micro-organismes : le zooplancton et le phytoplancton pour réduire les déchets organiques, des bactéries macrophages pour réduire ces déchets en molécules simples, et enfin des bactéries
  • De l’eau en mouvement : il faut s’assurer que l’eau soit oxygénée en permanence pour que les micro-organismes puissent se développer

Pour un bassin naturel de jardin, la circulation de l’eau dans le lagunage se fait de bas en haut, en utilisant un système de tuyaux et de diffuseurs. On installe les plantations sur un lit de pouzzolane : c’est une roche volcanique qui assure un bon drainage et favorise le développement des racines des plantes.

Avant d’introduire des poissons qui participeront au nettoyage de l’eau, patientez le temps que le bassin naturel trouve son équilibre – en général, on conseille d’attendre 4 à 6 semaines après l’installation des plantes dans le bassin.

Le bassin naturel et le jardin forment un ensemble riche en terme de biodiversité !

Bon à savoir : un bassin naturel de jardin sans poissons est plus facile à entretenir.

16 juillet 2018

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire..