sceau de salomon clochettes Photo credit leodelrosa... via Visualhunt CC BY-NC-ND

En septembre, le sceau de Salomon s’installe au jardin

SONY DSC

La fin de l’été est là et le mois de septembre apporte des nuits plus fraîches et plus humides. C’est le bon moment pour planter des polygonatum, autrement connus sous le nom de sceau de Salomon ou encore de faux muguet. Une jolie plante vivace, cultivée comme une bisannuelle.

Une histoire pleine de sagesse

Comme pour beaucoup de fleurs aux surnoms intriguant, une légende entoure le sceau de Salomon. Elle remonte au temps du célèbre roi Salomon, fil de David, roi d’Israël. Salomon croyait aux vertus médicinales de cette plante : utilisée en cataplasmes, elle permet de soulager les contusions et les meurtrissures. Il aurait alors apposé son sceau sur la plante, en signe de secret partagé : c’est la cicatrice ovale laissée par les tiges lorsqu’elles se détachent.

Attention : en cas d’ingestion, la plupart des variétés sont légèrement toxiques (sauf lorsque les rhizomes sont cuits).

La botanique nous apprend aujourd’hui que ces vertus médicinales ne sont pas fondées… Cependant, les jeunes racines (rhizomes) sont quand à elles comestibles – elles se cuisinent comme des asperges ou peuvent être ajoutées à une soupe.

Les fleurs du sceau de Salomon ressemblent à celles du muguet, des clochettes blanches retombantes. Elles sont légères et élégantes et les fleurs de polygonatum odoratum dégagent une fragrance douce et agréable. À la différence du muguet, le polygonatum peut atteindre une belle taille (certaines variétés peuvent atteindre un mètre de hauteur). sceau de Salomon tige Photo credit The hills are alive via VisualHunt.com CC BY

Conseils de culture

Le sceau de Salomon est une plante de sous-bois que l’on trouve dans les régions de l’hémisphère nord, Amériques et Europe. Sa culture sous nos latitudes est très simple et ne nécessite pas de grandes opérations de jardinage avant de voir fleurir ses clochettes.

La plantation : où, comment, quand ?

Le polygonatum se plait beaucoup dans les sous-bois à l’état naturel mais s’adapte dans tous les types de sol et d’emplacement. On peut l’installer à l’ombre ou en plein soleil, à condition de bien protéger les racines qui ne doivent pas sécher. Le sceau de Salomon demande beaucoup de lumière pour bien pousser. La meilleure combinaison est donc de le planter sous un arbre ou des arbustes.

Après la plantation, veillez à bien garder le sol frais en paillant la surface de la terre avec de la tourbe : ainsi vous protégez les racines et apportez à vos plantes des nutriments nécessaires.

L’entretien du sceau de Salomon

Une fois vos plantes bien installées, l’entretien est léger. Au mois de novembre, avant le gel, rabattez les plantes à quelques centimètres du sol afin de favoriser leur reprise au prochain printemps. Au besoin, pensez à installer un piquet de couleur ou une marque pour vous souvenir de l’emplacement des plantes à la reprise de la végétation. sceau de salomon feuilles Photo credit rachelgreenbelt via Visual Hunt CC BY-NC-SA

Maladies et ravageurs connus

Peu de maladies atteignent le sceau de Salomon mais quelques ravageurs bien connus des jardiniers apprécient cette plante.

C’est le cas des des limaces, qui menacent plus particulièrement les jeunes pousses de printemps. Si les limaces s’installent, commencez par les retirer du feuillage à la main, puis éliminez le paillage et retournez la terre en surface. Cela vous permettra de déterrer les œufs enfouis dans la terre.

Les larves de mouches blanches peuvent faire des dégâts mais elles sont difficilement repérables. Si vous constatez l’apparition de sécrétions poisseuses sur le feuillage et de moisissures noires, c’est qu’elles sont là. En traitement curatif, pulvérisez les feuilles avec une décoction de pyrèthre pour les éliminer.

Retrouvez la fiche téléchargeable pour bien cultiver le sceau de Salomon !

Ou la fiche consultable ici même :

sceau de Salomon
5 septembre 2017

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire..