Potato Towers - Sunset Festival 2010

La tour à pomme de terre : comment faire ?

Comment associer un espace réduit tel qu’un balcon, un légume commun à nos assiettes tel que la pomme de terre et un rendement amélioré ? Pour les jardiniers amoureux de la patate qui manquent de place, voici une technique de jardinier anglais qui vaut vraiment le détour : la tour à pomme de terre. Décryptage.

La culture verticale de la pomme de terre

La culture traditionnelle de la pomme de terre est facile. La patate se plait dans quasiment tous les types de sols, bien qu’elle préfère des sols légèrement acides. Le seul problème est que sa culture prend énormément d’espace au sol ! Les anglais, fans incontestables des cultures en pot, ont alors mis au point la tour à pomme de terre : une astuce pour cultiver verticalement la patate et s’assurer dans le même temps des rendements plus élevés.

Le principe consiste à butter les plants tout au long de leur croissance. La culture sur butte est tirée de la permaculture et permet d’augmenter le nombre de tiges et donc de tubercules. On plante 3-4 tubercules de pomme de terre germés dans une tour que l’on élève à mesure de la croissance. On couvre les tiges avec du terreau de jardinerie ou un mélange de compost bien mûr mélangé avec du sable.

En bref, la tour à pomme de terre c’est :

  1. Un gain d’espace : finie la culture horizontale, les patates s’élèvent en hauteur dans le potager, sur le balcon…
  2. Un rendement amélioré : dans les meilleures conditions, on peut observer un rendement de 100kg pour 1m2! (En moyenne, vous pouvez récolter entre 10 et 20 kg/m2).
Tour pomme de terre permaculture-Photo credit Ed Bierman via Visualhunt CC BY
« 1 de 4 »

Comment mettre en place sa tour à pomme de terre ?

La tour à pomme de terre doit être construite au fur et à mesure de la croissance des plants. Si l’on commence à trouver des tours dans le commerce, il est très facile de construire la sienne avec un pot profond, un bac ou en la créant avec du grillage, de l’osier tressé, du bois.  Veillez cependant à utiliser des matériaux naturels.

Choisissez des variétés de pomme de terre tardives car elles sont plus adaptées à la culture en couches que les variétés précoces. La Charlotte (récolte à 90-120 jours), la Désiré (récolte à 120-150 jours), la Mistral (récolte à 80-90 jours) ou encore la Samba (récolte à 80-90 jours).

À noter : vous pouvez utiliser la tour sous abri et assurer des récoltes toute l’année.

  • Au printemps, la première couche. Déposez une couche de terreau dans le fond de la tour et installez quelques pommes de terre germées (germe vers le haut). Recouvrez de terreau et arrosez abondamment. Placez la tour dans un endroit largement ensoleillé en veillant à ce que les tubercules de pomme de terre restent bien dans l’obscurité. Utilisez un plastique épais noir dans le fond et sur les pourtours de la tour afin de retenir le terreau et d’assurer aux tubercules un noir complet.
  • Durant l’été, la tour s’élève. Au fur et à mesure de la croissance des pommes de terre, les tiges vont pointer à la surface de la tour. Recouvrez-les régulièrement avec du terreau pour les forcer à pousser toujours plus haut. Ainsi, la tour s’élève au même rythme que la croissance des patates. Veillez à arroser régulièrement pour que la terre reste humide.
  • À l’automne, la récolte des pommes de terre. Suivant les variétés choisies, la récolte s’effectue entre septembre et octobre. Lorsque le feuillage commence à jaunir, il est temps de récolter. Démontez la tour à pomme de terre couche par couche. Vous pouvez laisser les pommes de terre en place pendant quelques semaines avant de les stocker.
28 septembre 2016

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire..