aloe vera

En mars, l’aloe vera dévoile sa fleur

Cette plante est un vrai miracle de la nature : l’aloe vera est utilisée pour ses nombreux bienfaits et peut être facilement cultivée sous les climats français. Mais elle fleurit très rarement, spécialement en intérieur… En ce mois de mars, l’aloe vera est notre fiche du carnet du jardinier !

Longue histoire de l’aloe vera

L’aloe vera est une plante connus depuis l’Antiquité et sûrement depuis bien plus longtemps. Elle est utilisée pour ses bienfaits dans quasiment toutes les civilisations, des Égyptiens aux Mayas en passant par les Grecs, elle est sacrée en Inde. Le monde entier utilise son gel ainsi que son latex depuis 5 000 ans car la plante contient plus de 160 principes actifs (aujourd’hui, scientifiquement reconnus).

5000 ans d’histoire

  • Sumer : à l’heure actuelle, c’est la plus ancienne mention de l’utilisation de l’aloe vera dans une civilisation, qui date du 3e millénaire avant JC (5 000 ans)
  • Chine : juste un peu plus tard (4700 ans), l’aloe vera est indiquée dans l’un des premiers ouvrages sur les plantes médicinales (Pen T’sao) comme le « Remède d’harmonie ».
  • Mésopotamie : au 2e millénaire (4 000 ans), les Chevaliers du Temple prépare une boisson à base de vin de palme, de pulpe d’aloès et de chanvre, appelé « L’élixir de jouvence »
  • Égypte : Cléopâtre elle-même (3 500 ans) se servait d’aloe vera comme cosmétique et les Égyptiens nommaient cette plante « Plante de l’immortalité » et « Élixir de longue vie ».
  • Arabie : appelée « Lys du désert » par les Touaregs du Sahara, les arabes sont les premiers à produire un mélange de sève et de pulpe à des fins commerciales.
  • Inde : les Indiens croient que l’aloès est une plante du Jardin d’Eden, elle est sacrée et son petit nom est « Guérisseur silencieux ».
  • Grèce et Rome : médecins et savants se passionnent pour l’aloe vera et l’introduisent dans tous les traités médicaux sous le nom de « Médecine divine».
  • Mayas et Jivaros : l’aloès est une plante sacrée pour les Améridiens aussi (« Médecin du ciel » « Fontaine de Jouvence ») au même titre que sa cousine l’Agave. Une tradition affirme que le vin d’agave rend fou et que le vin d’aloès guérit de la folie…
  • Europe : à cause du climat d’Europe du Nord, l’aloe vera n’a pas trouvé sa place (comparé aux pays du Sud comme l’Espagne, le Portugal et l’Italie) mais son usage revient sur le devant de la scène de nos jours. Notons tout de même que Christophe Colomb l’appelait « Le docteur en pot ».

« Pendant les vingt années au cours desquelles j’ai soigné mes patients avec l’Aloès, j’ai découvert que de nombreuses maladies décrites par les médecins de l’Antiquité, disparaissaient rapidement quand j’administrais de l’Aloès »  François Vincent Raspail (1794-1878)

aloe vera en pot
L’aloe vera se cultive très bien en pot à l’intérieur durant l’hiver pour la protéger du froid et en extérieur à la belle saison!

Conseils de culture

L’aloe vera est une plante facile à cultiver et à entretenir. Le seul danger est de trop lui donner d’eau car elle ne supporte pas l’humidité. Bien qu’on puisse la cultiver partout en France, il faudra l’hiverner car elle ne supporte pas non plus les températures basses. Dans cette fiche, nous parlons de l’aloe barbedensis que vous pouvez utiliser pour ses propriétés médicinales et cosmétiques.

Réussir la plantation de l’aloe vera

En pleine terre, le mieux est d’installer l’aloe vera dans un terrain en pente et au soleil, ainsi vous ne risquez pas d’avoir de l’eau stagnante qui ferait dépérir la plante.

En pot, utilisez un mélange de sable et de terreau pour cactées. Veillez à ce que le pot soit bien drainé et en argile car il retient moins l’humidité et permet une bonne aération des racines.

La multiplication : tous les choix possibles !

L’aloe vera est une plante facile à multiplier et surtout, on peut utiliser toutes les techniques :

  1. Le semis : il se réalise au chaud (sous serre) au printemps. Le semis doit être installé dans un mélange de sable, de terreau pour cactées ou terreau de feuilles et un peu de terre du jardin. Il faut maintenir une température de 20 à 25°C. Dès l’apparition de la première feuille, vous pouvez les transférer en pot, à garder bien au chaud en attendant que la plante se développe.
  2. La division : elle se réalise en été. Prélevez les rejets (avec des racines) autour de la plante mère. Faites-les sécher quelques jours à l’air libre et plantez-les dans un mélange de sable et de terre de jardin, à l’ombre.
  3. Le bouturage : il se pratique sur les espèces rampantes, en été. Prélevez une bouture à la base de la plante. Laissez-la cicatriser quelques jours avant de la repiquer dans un mélange 1/3 sable et 2/3 terre de jardin.

L’arrosage de l’aloe vera : une sinécure

Durant l’été, arrosez l’aloe vera une fois par semaine (jusqu’à deux fois si le temps est très sec). En hiver, vous pouvez réduire les arrosages à une fois par mois, en vérifiant toujours que le pot ne conserve pas d’eau, voire en séchant la motte de terre.

Maladies et ravageurs connus

On trouve essentiellement deux ennemis pour l’aloe vera :

  1. Les pucerons : ils attaquent au moment de la floraison (ceci dit, l’aloe vera ne fleurit quasiment jamais en intérieur). Astuce : emballez le pot et la terre dans un film plastique en laissant juste la plante découverte et utilisez un jet d’eau pour éliminer les pucerons.
  1. Les cochenilles farineuses et à bouclier : si elles apparaissent sur les feuilles, tamponnez les branches avec de l’alcool ménager à 90°C et d’huile végétale pour que le produit soit efficace.

Retrouvez la fiche téléchargeable du carnet du jardinier pour bien cultiver l’aloe vera !

Ou la fiche consultable ici même :

aloe vera
14 mars 2017

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire..